Le retrait américain du traité « Ciel Ouvert » menace le contrôle des armes nucléaires et la sécurité des pays Baltes

La semaine dernière, le New York Times annonçait que l’administration Trump souhaitait retirer les USA du traité « Open Skies ». Si cet accord international joue désormais un rôle mineur dans le contrôle des armes, il reste encore hautement symbolique et contribue directement à la sécurité de certains alliés des Etats-Unis, notamment les pays Baltes.

Pour la Maison Blanche, le retrait américain se justifierait par le manque de transparence et les violations répétées de la Russie vis-à-vis des accords Ciel Ouvert, comme nous l’avions évoqué dans notre précédent article à ce sujet. En pleine année électorale, et alors que Donald Trump se présente encore comme un négociateur international hors-pair, le retrait d’Open Skies semble surtout préparer au retrait américain des accords New START qui limitent le nombre d’armes nucléaires détenues par les Etats-Unis et la Russie. Or, jusqu’à présent, les provocations de Trump visant à pousser Moscou à renégocier les traités ont toutes largement échouées.

Les USA utilisent deux OC-135, des anciens ravitailleurs modifiés, pour mener leurs vols Open Skies. En sortant du traiter Open Skies, Washington économisera le coût de leur remplacement.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR