Le nucléaire : un atout stratégique pour les armées françaises, et pas uniquement pour sa dissuasion

L’atome, outre son caractère décisif dans notre mix électrique décarboné, tire un ensemble de secteurs industriels vers le haut : chimie, informatique, intelligence artificielle…  Le relâchement du soutien de l’État à l’égard de la filière industrielle nucléaire pourrait pourtant avoir un impact décisif sur nos capacités de défense.

En matière industrielle, et notamment dans un domaine aussi technique que le nucléaire, les pertes liées au savoir-faire peuvent être très rapides. Les retards accumulés dans la construction l’EPR de Flamanville témoignent d’ailleurs des difficultés de la filière nucléaire française à conserver toute la maîtrise technique nécessaire à un tel ouvrage, alors que le dernier réacteur construit remontait à 2002. Une filière précieuse mais fragile, tancée par le politique : bien que la construction de 6 prochaines tranches d’EPR est toujours dans les cartons du gouvernement, l’atome reste le bouc émissaire symbolique de toutes les politiques en quête de « green-washing », au profit des énergies renouvelables. Un paradoxe, quand on connait les performances du nucléaire en termes de CO2, mais passons.

Le chantier EPR de Flamanville a connu de nombreux délais et surcoûts, avant tout causés par un mauvais management et la perte d’expérience liée à la construction de réacteurs nucléaires civils

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR