Le Japon déploie des batteries de missiles anti-navires et anti-aériens pour contrer les incursions chinoises entre Taïwan et Okinawa

Ces dernières semaines, la République Populaire de Chine et Taïwan ont enchaîné les démonstrations de force après la proclamation du TAIPEI Act par Washington. Toutefois, le renforcement des déploiements navals et aériens chinois en Mer de Chine Orientale inquiète également Tokyo, qui a déployé sur l’île de Miyako plusieurs unités de missiles de ses forces de défense terrestres (JGSDF). Des plateformes de tir mobiles pour missiles antinavires Type 12 et pour missiles anti-aériens Type 03 ont donc été déployées pour contrôler les déploiements chinois entre Taïwan et la préfecture japonaise d’Okinawa.

Si la proximité de Taïwan avec la Chine continentale est généralement bien connue, les observateurs européens peuvent parfois oublier que Taïwan est aussi très proche du Japon, ou en tous cas de ses îles les plus à l’Ouest. Si 600 km séparent Taïwan de Okinawa, l’île de Miyako n’en est distance que de 330km, et Yonaguni ne se situe même qu’à 110km de Taïwan. Pour Tokyo, le déploiement de batteries de missiles dans la région participe à affirmer sa souveraineté sur ces territoires, y compris en disposant des moyens de contrôler activement leur zone d’exclusivité économique.

Système de lancement de missiles anti-aériens Type 03. En terme de performances, le missile japonais se situe dans la même catégorie que le PAC-3 américain.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR