L’équipage du porte-avions USS T. Roosevelt pourrait être débarqué pour lutter contre l’épidémie de Covid19

La semaine dernière, nous apprenions que le porte-avions américain USS Théodore Roosevelt avait dû faire route vers la base navale de Guam suite à la recrudescence de cas de coronavirus Covid19 à son bord. Il était alors question de débarquer la trentaine de personnels infectés et de tester les quelques 4000 autres membres d’équipage afin de pouvoir retourner effectuer sa mission. Le Roosevelt est en effet l’un des deux porte-avions de l’US Navy déployés dans le Pacifique occidental, aux cotés de l’USS Ronald Reagan, pour faire face à d’éventuelles actions chinoises, nord-coréennes ou russes. La Marine américaine avait alors assuré que le porte-avions restait opérationnel et pouvait reprendre la mer dans des délais très courts si la situation opérationnelle l’exigeait.

Ce n’est plus le cas. Dans un article du 31 mars, le San Francisco Chronicle révélait en effet l’existence d’une lettre envoyée par le Capitaine Brett Crozier, commandant l’USS Theodore Roosevelt, aux autorités navales américaines, demandant la mise à terre de son équipage pour mettre un frein à l’épidémie qui touche déjà plus de 100 marins, faisant craindre, selon lui, pour la vie de certains personnels du bord. Dans une interview donnée à CNN, le secretaire à la Marine par interim Thomas Modly a confirmé que cette procédure serait mise en oeuvre, et que 90% des effectifs du Roosevelt seraient amenés dans les plus brefs délais à terre à Guam, pour y être testés et, le cas échéant, pris en charge par les services de santé, alors que les 10% restants auront la charge de totalement steriliser le bâtiment, qui comporte tout de même plus de 3000 compartiments. Cette declaration a été suivie par une seconde declaration de Mark Esper sur CBS, disant exactement l’inverse. Mais il semble que, dans tous les cas, l’US Navy n’ai guère le choix dans cette affaire, d’autant qu’elle fait grand bruit dans les medias américains. La tache s’annonce donc colossale et inédite dans l’histoire de la Marine Américaine, d’autant plus que le navire stationne à plus de 9000 km de San Diego, son port d’attache.

Avec une dizaine de F35B à son bord, l’USS America peut épauler le Ronald Reagan dans la zone Pacifique occidentale en assumant la fonction de porte-avions léger

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement personnel à 4,95 € par mois, 2,50 € par mois pour les étudiants et 18 € par mois pour les abonnements professionnels. La souscription annuelle offre 2 mois gratuits.


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR