L’Armée Populaire de Libération chinoise va s’équiper de drones suicides

Les autorités militaires chinoises ont annoncé le lancement un appel d’offre, via le site weain.mil.cn consacré à cela, portant sur l’acquisition de deux modèles de drones suicides, également appelés « Loitering munitions » en anglais, ou « munitions vagabondes ». Déjà en service dans plusieurs forces armées dans le monde, comme en Israël, ce type de drones autonome décrit le périmètre qui lui a été assigné jusqu’à qu’une cible apparaisse, suite à quoi il l’attaque en se précipitant dessus. Si aucune cible n’apparait, la munition peut alors retourner à son point de départ pour être récupérée, ou s’autodétruire.

Ce type de munitions, qui peuvent selon les modèles, être larguées d’un aéronef ou lancées à partir d’un véhicule, ouvrent de nouvelles opportunités tactiques, notamment en matière d’interdiction et d’élimination des défense adverses (SEAD). Pouvant être mise en oeuvre sous la forme d’essaims, elles constituent également un puissant outil pour venir à bout des cibles fortement défendues, en saturant et éliminant ses défenses, puis en frappant lourdement la cible visée.

Dérivé du Harpy, l’IAI Harop est aujourd’hui la munition vagabonde opérationnelle offrant les plus importantes performances, avec un rayon d’action de 1000 km. Elle a été commandée par 6 pays dont l’Inde, la Turquie et l’Allemagne

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR