Les Etats-Unis étudieraient la vente de missiles Patriot … à la Turquie !

Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des Intérêts ! Cette phrase, empruntée par le général de Gaulle à Lord Palmerston, premier ministre britannique sous le règne de la reine Victoria, n’a semble-t-il rarement été aussi adaptée que pour décrire les relations entre les Etats-Unis et son « allié » turc. En visite prés de la frontière syrienne, l’ambassadeur américain en Turquie, David Satterfield, a en effet déclaré que les Etats-Unis étudiaient désormais la possibilité de vendre des systèmes anti-aériens Patriot à Ankara pour assurer et renforcer les capacités de défense sur sa frontière sud, notamment face à l’aviation syrienne et russe, le cas échéant. Si un tel contrat venait à être signé, il marquerait un nième revirement de la part du président turc R.T Erdogan dans ses relations avec Washington et Moscou, dans un délais de seulement quelques années.

En 2013, c’est suite au refus de l’administration Obama de vendre des systèmes Patriot modernes aux forces turques qu’Ankara se retourna vers la Chine, en signant une commande de 3 Md$ pour des systèmes FD2000, l’équivalent chinois du S-300V. Les pressions de la part de l’OTAN finirent par amener les autorités turques à annuler ce contrat, mais à la suite de la tentative de coup d’Etat de 2016 et le regain de défiance de la part du président Erdogan vis-à-vis des Etats-Unis, suspectés d’être derrière cette initiative, Ankara se retourna vers un fournisseur inattendu, Moscou, pour acquérir des batteries de systèmes S-400.

L’arrivée des premières batteries de S-400 en Turquie avait provoqué l’exclusion du pays du programme F35

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR