Cette fois, la course aux armements nucléaires est bien relancée

Depuis plusieurs mois, et mêmes années, la majorité des observateurs des questions de défense mondiale s’interrogent sur le fait que nous soyons, ou pas, entrés dans une nouvelle course aux armements nucléaires. L’annonce faite par l’US Navy au sujet de son prochain programme de missiles de croisière longue portée à capacité nucléaire ne laisse plus vraiment place au doute à ce sujet… Selon un article du site américain Défensenews.com, citant une source officielle de l’US Navy, cette dernière s’apprêterait à lancer, à l’occasion du budget 2022, les travaux concernant la conception et la production d’un nouveau missile de croisière embarqué, potentiellement lancé à partir d’un sous-marin, et armé d’une tête nucléaire. Les développements auraient même déjà débuté dans le cadre des fonds dédiés à la recherche technologique prospective. L’objectif annoncé est de pouvoir déployer ces nouveaux missiles dans une délais de 7 à 10 ans, soit avant la fin de la décennie.

Cette annonce est évidemment une réponse aux capacités des missiles russes Kalibr pouvant emporter des charges nucléaires, et être mis en oeuvre à partir de sous-marins. Initialement conçu pour contourner les restrictions du traité INF, qui interdisait la conception et la possession de vecteurs d’une portée de 500 à 2500 km et capables d’être équipés d’une tête nucléaire, et pouvant être mis en service à partir de véhicules terrestres, le Missile Kalibr peut atteindre une portée de 2500 km, et peut être mis en oeuvre par un grand nombre de porteurs navals, comme les sous-marins projet 636.3 Improved Kilo, les sous-marins nucléaires des projets 949A Antey et 885M Iassen, ainsi que par de nombreuses unités de surface. Bien qu’équipé la plupart du temps d’une tête explosive, le 3M-54 Kalibr peut également, si besoin, recevoir une tête thermonucléaire, augmentant de fait sensiblement les opportunités de frappes pour Moscou.

Le missile Kalibr, pouvant être lancé à partir de sous-marins en plongée, constituait pour Moscou un moyen pour contourner les restrictions du traité INF.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement personnel à 4,95 € par mois, 2,50 € par mois pour les étudiants et 18 € par mois pour les abonnements professionnels. La souscription annuelle offre 2 mois gratuits.


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR