L’industrie de défense chinoise à l’arrêt suite à l’épidémie de coronavirus

Au-delà des aspects sanitaires, les épidémies sont historiquement reconnues pour leur impact économique indéniable. Si les contaminations elles-mêmes mettent hors-jeu les travailleurs jusqu’à leur guérison (dans le meilleur des cas), les dispositifs de mise en quarantaine plus ou moins généralisées contribuent encore plus d’entreprises à ralentir ou stopper temporairement leur activité. Aujourd’hui, en Chine, le secteur de la défense n’est bien entendu pas épargné par ce phénomène causé par la récente épidémie de coronavirus, dont l’évolution apparaît encore pour le moins incertaine.

La presse française n’a pas manqué de faire état de l’arrêt de la chaîne d’assemblage –civile– d’Airbus à Tianjin, près de Pékin. Il ne s’agit pourtant que d’un cas parmi tant d’autres, dans tous les secteurs d’activité du pays : agriculture, industrie, tertiaire. En début de semaine, le Global Times of China indiquait ainsi que de nombreux industriels de défense mettaient en place des mesures afin de protéger leurs employés, quitte à réduire l’activité voire à fermer temporairement certains sites.

La construction du 3e porte-avions chinois, le premier équipé de catapultes, pourrait être retardée en raison de l’épidémie actuelle.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles Confidentiels sont réservés aux abonnés. Les Brèves et Analyses ne sont accessibles que de 24 (brèves) à 48 heures (Analyses). Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense.

Abonnement personnel à partir de 3,3 € par mois, 1,67 € par mois pour les étudiants et 12 € par mois pour les abonnements professionels (Souscription de 15 mois dont 5 mois offerts)


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR