Commande des « Falcon Archange » : un renouvellement capacitaire bienvenu mais insuffisant

Il y a quelques jours le ministère des armées annonçait la commande des deux premiers Falcon Archange à destination de l’armée de l’air. Si le renouvellement programmé des canonique C-160 Gabriel est objectivement une bonne nouvelle pour nos capacités de ROEM, leur conception traduit une approche obsolète, a tout le moins incomplète, de la sphère politique face aux enjeux nouveaux de la « guerrelec ».

Issus de la collaboration de Dassault pour le vecteur (Falcon 8X) et de Thalès pour sa charge utile : CUGE (Capacité Universelle de Guerre Électronique) les deux premiers exemplaires (sur trois) du Falcon ARCHANGE 1 ont été commandés pour une mise en service opérationnelle entre 2025 et 2030. Il viendront en remplacement des très vieillissant C-160 Gabriel, déjà anciens en 1991 lors de la seconde guerre du Golfe. Le Falcon Archange sera en mesure de transporter huit personnels et trois membres d’équipage. Bénéficiant d’une vitesse maximale à Mach 0,90, d’une autonomie de 12 000 km et d’un plafond de 15 500 mètres il offre des capacités aéronautiques largement supérieures au Gabriel même si son absence de soutes limitera en partie l’emport de charges utile.

Toutefois sa CUGE qui offre de larges capacités Elint, Sigint et Comint adossées à des technologies d’Intelligence Artificielle et des antennes multi-polarisation devrait compenser cette perte. Le manque de détail sur la technologie ne permet pas de dire si l’Archange sera en mesure d’employer ses capacités à distance de sécurité (stand off) car ses caractéristiques aéronautiques le place de facto dans le spectre d’une défense anti-aérienne solide telle que mise en œuvre par la Russie ou la Chine. Par voie de conséquence, si ce vecteur est destiné à être utilisé en complément du système satellitaire CERES dans le processus de ciblage et dans la cartographie GEOINT, se pose toute de même la question de sa survivabilité sur un théâtre d’opération non-permissif.

Les Archange de l’Armée de l’Air permettront de collecter de nombreuses et précieuses informations électromagnétiques. Mais la France a t elle les moyens d’exploiter ces renseignements du point de vue opérationnel ?

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles Confidentiels sont réservés aux abonnés. Les Brèves et Analyses ne sont accessibles que de 24 (brèves) à 48 heures (Analyses). Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense.

Abonnement personnel à partir de 3,3 € par mois, 1,67 € par mois pour les étudiants et 12 € par mois pour les abonnements professionels (Souscription de 15 mois dont 5 mois offerts)


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store


Téléchargez l’article au format pdf

Fonctionnalité réservée aux abonnés professionels

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR