L’US Air Force retire les bombes nucléaires gravitationnelles de l’arsenal de ses B-52H

La capacité à mettre en oeuvre la bombe nucléaire gravitationnelle B61 a été l’un des principaux arguments ayant mené la Belgique à choisir le F35 de Lockheed pour remplacer ses F16, et à négliger les appareils de facture européenne, comme le Typhoon ou le Rafale. C’est également un argument régulièrement remis en avant par les Etats-Unis et l’OTAN pour amener l’Allemagne à revenir sur sa décision de ne pas s’équiper de F35A pour remplacer ses Tornado, qui eux transportent encore la B61, ou tout au moins à privilégier le F/A 18 E/F Super Hornet au Typhoon de construction locale dans cette compétition. Pourtant, l’US Air Force vient de retirer les bombes nucléaires gravitationnelles de l’arsenal de ses bombardiers stratégiques B-52H. Le paradoxe a de quoi interroger ….

En effet, par la voix du Nuclear Information Project, Hans Kristensen, qui s’exprimait devant la Federation des Scientifiques Américains, l’US Air Force vient re retirer les bombes gravitationnelles nucléaires B61-7 et B83-1 de l’arsenal emporté par les bombardiers stratégiques B52-H, pour ne laisser en service, en matière d’armes nucléaires, que le missile AGM-86B équipé d’une tête nucléaire W80-1. La raison avancée est qu’il était désormais indispensable aux appareils de frappe stratégique de faire feu à très grande distance de leur cible, hors de portée des systèmes de déni d’accès qui représentent désormais une menace trop importante pour tenter d’y pénétrer pour délivrer une munition gravitationnelle. Et de portée, l’AGM-86B n’en manque pas, puisqu’il peut atteindre des cibles à 2400 kilomètres de distance, laissant le B52 effectivement hors de portée des systèmes anti-aériens à longue portée, comme le S500 russe, ou des avions de combat équipés de missiles air-air longue portée. Mais si la mission est trop dangereuse pour les appareils américains, pourquoi les forces aériennes européennes pourraient espérer parvenir à mettre en oeuvre ces mêmes bombes B61 ?

La capacité du F35A pour mettre en oeuvre la bombe nucléaire B61 a largement été mise en avant par les Etats-Unis et l’OTAN pour privilégier le choix de l’appareil par les pays européens appartenant à l’Alliance

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles Confidentiels sont réservés aux abonnés. Les Brèves et Analyses ne sont accessibles que de 24 à 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense.

Abonnement personnel à partir de 3,3 € par mois, 1,67 € par mois pour les étudiants et 12 € par mois pour les abonnements professionels (Souscription de 15 mois dont 5 mois offerts)


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

Les articles publiés par Meta-Défense sont soumis aux droits d'auteurs. Il est interdit de les copier ou publier sans l'accord de Meta-Défense. La publication illicite d'un article publié par Meta-Défense expose à des poursuites judiciaires et, le cas échéant, à la résiliation de l'abonnement.
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR