La Chine prépare la production en série de Porte-avions et autres unités majeures

Alors que plusieurs clichés, qu’ils soient pris de satellites ou de riverains passionnés, montrent que les travaux concernant le nouveau porte-avions chinois, alternativement désigné Type 002 ou Type 003, avancent rapidement, une série de clichés satellites du groupe CSIS montre que depuis le début de l’année 2019, les chantiers navals Jiangnan, à proximité de Shanghai ou sont construits les porte-avions Type 003 et le LHD Type 075 récemment lancé, ont entamé d’importants travaux visant à disposer d’une immense zone de travaux à quai dans le prolongement des bassins ou sont construits ces géants de mers. Comme le signal Reuters, il est fort probable que ces travaux soient destinés à accueillir la production accélérée de ces chantiers navals, de sorte à disposer d’une véritable « Usine à Porte-avions » pour reprendre les termes employés par un des experts interrogés.

Et l’hypothèse relevée ici fait beaucoup de sens, dans la mesure ou, après avoir assuré sa protection côtière par des unités de faible à moyen tonnage comme les corvettes et les frégates, elle peut désormais concentrer ses efforts sur la production d’unités de fort tonnage, incluant les destroyers Type 052D, les croiseurs Type 055, les LHD Type 075, et donc, les portes-avions à venir. On notera d’ailleurs que c’est après avoir modernisé une partie de ces mêmes chantiers navals de Jiangnan, que la production de destroyers Type 052D et de croiseurs Type 055 a pu être accélérée, au point d’atteindre aujourd’hui un rythme de lancement évalué entre 8 et 10 navires chaque année.

Les modifications apportées au chantier naval de Jiangnan permirent déjà d’augmenter sensiblement la production de destroyers Type 052D et de croiseurs Type 055

Ces travaux montrent également que, même si dans leur discours officiel, les autorités chinoises ne font pas état d’une volonté affichée défier les Etats-Unis, elles préparent leur outil industriel pour être en mesure de le faire à moyen terme. Le bassin actuellement construit et capturé par les objectifs du satellite, a des dimensions permettant d’accueillir 4, peut être même 5 navires majeurs. Cela laisse supposer d’au moins un lancement par an, entre les LHD, les porte-avions, et éventuellement les bâtiments logistiques de haute mer.

Plus que jamais, l’hypothèse d’une marine chinoise alignant une douzaine de porte-avions, et 18 à 20 navires d’assaut, semble accessible à horizon 2040, soit 10 ans avant l’objectif de faire jeu égal avec les Etats-Unis en 2050 annoncé par Xi Jinping. Reste à savoir si l’occident, y compris les Etats-Unis, pourront réagir à temps face à ce constat. Rien n’est moins sûr ….

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR